Conférence de presse du 8 novembre 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/11/08

Sur invitation de la France, le Vice-Président Wang Qishan participera à la deuxième édition du Forum de Paris sur la Paix du 11 au 13 novembre.

La France est membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et un des grands pays clés de l'Union européenne. Ces dernières années, les relations sino-françaises ont connu un développement soutenu, sain et stable, avec des échanges étroits de haut niveau, une confiance politique mutuelle toujours plus renforcée et de nouveaux résultats de coopérations pragmatiques dans divers domaines. Cette année marque le 55e anniversaire de nos relations diplomatiques. Le Président Xi et le Président Macron ont échangé des visites cette année et sont parvenus à de nouveaux consensus stratégiques. La participation du Vice-Président Wang Qishan à ce Forum de Paris sur la Paix, peu après la visite du Président Macron en Chine, témoigne du haut niveau et de la haute qualité des relations actuelles entre la Chine et la France. La Chine est prête à travailler avec la France pour renforcer la communication stratégique, approfondir la coopération pragmatique et mettre en œuvre le consensus de nos dirigeants afin de faire progresser constamment notre partenariat stratégique global.

Q : Une question concernant la mer de Chine méridionale. Un haut fonctionnaire vietnamien a déclaré cette semaine que le Vietnam souhaitait envisager des solutions juridiques pour résoudre ses différends avec la Chine en mer de Chine méridionale. Le gouvernement vietnamien a-t-il discuté de cela avec la Chine ? Si oui, quelle a été la réaction de la Chine ?

R : Le cœur de la question de la mer de Chine méridionale est la question du territoire, une question découlant de l'occupation des îles et récifs concernés des îles chinoises Nansha par le Vietnam et les autres pays concernés. J'espère que la partie vietnamienne fera face à ce fait historique, suivra scrupuleusement notre consensus de haut niveau et résoudra les divergences par le dialogue et les consultations. Elle doit éviter de prendre toute action susceptible de compliquer la question ou de compromettre la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale, ainsi que nos relations bilatérales.

Q : Le Secrétaire d'Etat américain Pompeo a déclaré, lors de sa visite en Allemagne, que le réseau de télécommunication allemand faisait face à des défis complexes posés par le Parti communiste chinois (PCC). Lors des interviews précédentes, il a également déclaré que les Etats-Unis devaient s'assurer que le monde connaisse les risques présentés par le PCC et les conséquences de la tolérance de long terme. Quel est votre commentaire sur ses remarques ?

R : La Chine exprime son vif mécontentement et sa ferme opposition aux propos de M. Pompeo dénigrant le système politique chinois, exagérant la prétendue « menace chinoise » et débordant de préjugés idéologiques et de mentalités de la guerre froide et du jeu à somme nulle.

M. Pompeo tente de provoquer des dissensions entre le peuple chinois et le Parti communiste chinois (PCC) en rompant le lien qui les unit. Je voudrais lui indiquer clairement ceci : le PCC, en tant que parti au pouvoir de notre pays, a toujours représenté et défendu les intérêts de notre peuple au cours des dernières décennies, en gagnant une confiance profonde et un soutien de tout cœur de notre peuple. Tout propos et tout acte visant à isoler le PCC du peuple sont juste des provocations faites à tous les Chinois. Ceci est voué à l'échec.

Je dois souligner que les propos de M. Pompeo sont extrêmement dangereux et indignes du Secrétaire d'Etat américain. Ses propos révèlent pleinement l'intention sinistre de gagner un capital politique pour lui-même en menant des actions antichinoises.

Nous l'exhortons à cesser de dénigrer la Chine avec des accusations injustifiées. S'il continue à le faire, les effets négatifs ne feront que se retourner contre lui-même.

Q : Première question, Washington n'a pas réagi publiquement à la déclaration faite hier par le Ministère chinois du Commerce selon laquelle les deux pays étaient convenus de supprimer les droits de douane supplémentaires. Les deux parties s'étaient-elles vraiment mises d'accord sur cela ? Il semble que les Etats-Unis restent encore réticents sur cette question. Certains fonctionnaires américains ont accusé la Chine d'essayer de renégocier l'accord de phase I pour ses propres intérêts, et les Etats-Unis n'avaient précédemment accepté que de supprimer les droits de douane supplémentaires qui n'étaient pas encore entrés en vigueur. Deuxième question, quelles sont les préoccupations de la Chine quant à la date et au lieu de signature de l'accord commercial de phase I ? Le Secrétaire d'Etat américain Pompeo a suggéré que les Etats-Unis tiennent une réunion informelle des dirigeants de l'APEC en janvier prochain, en marge de laquelle ils signeraient l'accord avec la Chine. Mais cela retarde toujours la signature initialement prévue de l'accord au Chili. Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : En ce qui concerne vos questions, en particulier la question concernant la suppression réciproque des droits de douane supplémentaires par la Chine et les Etats-Unis, je crois que le porte-parole du Ministère du Commerce a donné une réponse détaillée hier lors d'une conférence de presse. Je n'ai rien de plus à vous communiquer pour le moment.

Q : Selon l'usage, en marge du sommet des BRICS, les diverses parties organisent des événements des « BRICS + », mais il n'y aurait pas de tels arrangements en marge du sommet prévu la semaine prochaine au Brésil. Le Ministère des Affaires étrangères sait-il pourquoi ? Cela signifie-t-il que les BRICS manquent une occasion d'améliorer leurs liens avec l'Amérique latine ?

R : Le mécanisme des BRICS est étroitement lié au destin des marchés émergents et des pays en développement depuis sa création. Le renforcement de la coopération avec les autres pays en développement est une responsabilité des pays des BRICS en tant que grands pays émergents et une bonne tradition que nous maintenons toujours. En 2017, la Chine a proposé pour la première fois le modèle des « BRICS + » et a organisé le premier dialogue entre pays émergents et pays en développement à Xiamen avec des pays invités. Cette approche novatrice de la coopération a été hautement appréciée. L'année dernière, en marge du sommet des BRICS, l'Afrique du Sud a tenu le deuxième dialogue des dirigeants des « BRICS + » à Johannesburg, qui a également produit des effets positifs. Nous avons continué d'appliquer ce modèle en invitant les représentants de marchés émergents et de pays en développement à de nombreux événements des BRICS cette année. Cela a permis d'élargir le « cercle d'amis » des pays des BRICS et de contribuer au développement commun du monde.

Dans le même temps, nous respectons la décision du pays hôte de ne pas tenir de dialogue des dirigeants des « BRICS + » en marge du sommet des BRICS à Brasilia cette année.

Q : Une question concernant l'APEC. Selon des reportages, les Etats-Unis envisagent de tenir le sommet de l'APEC en janvier prochain après que le Chili l'a annulé. Quelle est l'attitude de la Chine à cet égard ?

R : Nous maintenons toujours une communication sur cette question avec toutes les parties concernées pour nous informer de la situation. En principe, en ce qui concerne les affaires liées à l'APEC, nous pensons que l'opinion du pays hôte doit être respectée et que toutes les décisions doivent être prises sur la base du principe du consensus.

Q : L'ancien élu local japonais Takuma Sakuragi a été condamné à la prison à vie par un tribunal chinois. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Le Tribunal populaire intermédiaire de Guangzhou, dans le Guangdong, a prononcé aujourd'hui ouvertement un jugement sur l'affaire du trafic de drogue impliquant un Japonais nommé Takuma Sakuragi. Le 31 octobre 2013, alors que Takuma Sakuragi se trouvait à l'aéroport international de Guangzhou Baiyun pour prendre un vol de retour vers le Japon via Shanghai, les agents de sécurité ont saisi 3 289 grammes de méthamphétamine, également appelée crystal meth, dans une couche intercalée de sa valise et dans des chaussures à semelles compensées. Conformément aux lois chinoises, le Tribunal populaire intermédiaire de Guangzhou l'a condamné à l'emprisonnement à perpétuité et a confisqué tous ses biens. Les informations connexes ont été publiées par le tribunal.

En ce qui concerne cette affaire, la Chine a notifié le Consulat général du Japon à Guangzhou.

****************************

Nous avons récemment célébré le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine. Nous célébrons aujourd'hui le 70e anniversaire de la fondation du Ministère des Affaires étrangères. Il y a exactement 70 ans, le 8 novembre 1949, la cérémonie d'inauguration du Ministère des Affaires étrangères avait eu lieu à Beijing. Le Premier ministre et Ministre des Affaires étrangères de l'époque, Zhou Enlai, était présent et a prononcé un discours important.

Les 70 dernières années ont témoigné d'un parcours extraordinaire de la diplomatie chinoise, qui, sous la ferme direction du Parti communiste chinois, a accompli des réalisations remarquables en surmontant obstacles et difficultés dans sa marche en avant, ce qui a gagné le soutien et le respect dans le pays et à l'international.

Au cours des 70 dernières années, nous avons fermement défendu notre souveraineté, notre sécurité et nos intérêts de développement. Nous avons déployé des efforts positifs en faveur de la réforme et de l'ouverture, tout en nous attachant à servir le peuple et à promouvoir la paix et le développement dans le monde. Nos réalisations diplomatiques ont changé en profondeur les relations entre la Chine et le monde, ont élevé le statut de la Chine sur la scène internationale et ont créé un environnement extérieur favorable pour notre développement national.

À un nouveau point de départ historique, nous continuerons à mettre en œuvre la pensée de Xi Jinping sur la diplomatie, resterons attachés à la paix, au développement, à la coopération et à l'esprit gagnant-gagnant, forgerons des partenariats mondiaux, participerons activement à la gouvernance mondiale et contribuerons à la réalisation du rêve chinois du grand renouveau de la nation et à la promotion de la construction d'une communauté de destin pour l'humanité.

****************************

En Chine, le 8 novembre est la Journée des journalistes. Je souhaite une bonne fête à tous les journalistes chinois et étrangers travaillant et vivant en Chine !

Je voudrais saisir cette occasion pour tous vous remercier pour votre couverture de la Chine et de notre diplomatie, ainsi que pour votre soutien et votre participation à nos conférences de presse régulières depuis longtemps.

Nous comptons sur la poursuite de la communication et de la coopération étroites avec vous tous !

Je vous souhaite une joyeuse fête !

Recommander à:   
Imprimer