COMMUNIQUÉ CONJOINT DE LA QUATRIÈME RÉUNION DE CONSULTATIONS POLITIQUES ENTRE LES MINISTRES DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES CHINOIS ET AFRICAINS
2017/09/22

Conformément au Mécanisme de dialogue politique régulier entre les ministres des Affaires étrangères chinois et africains mis en place au Sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) en 2006, les Ministres des Affaires étrangères de la Chine et de 48 pays africains ou leurs représentants ainsi que le Représentant de la Commission de l'Union Africaine (UA) ont tenu à New York,le 20 septembre 2017,la quatrième réunion de consultations politiques.

La réunion a été coprésidée par M. Wang Yi et Mme Maite Nkoana-Mashabane, Ministres des Affaires étrangères de la République populaire de Chine et de la République sud-africaine, pays coprésidents du FCSA.

Autour du thème « Promouvoir la concrétisation des acquis du Sommet de Johannesburg du FCSA, soutenir l'Afrique dans la mise en œuvre de l'Agenda 2063 et du Programme de développement durable à l'horizon 2030 » (Programme 2030), les parties chinoise et africaine ont eu un échange de vues approfondi sur leurs relations et leur coopération pragmatique dans divers domaines ainsi que les questions internationales et régionales d'intérêt commun. Les deux parties ont convenu de ce qui suit:

1. Les deux Parties réitèrent leur haute appréciation à l'égard du Sommet de Johannesburg du FCSA qui s'est tenu en Afrique du Sud en décembre 2015 avec un grand succès et qui a ouvert une nouvelle ère de la coopération gagnant-gagnant et du développement commun entre la Chine et l'Afrique. Elles expriment leur détermination à travailler ensemble et à promouvoir sans cesse le partenariat de coopération stratégique global sino-africain marqué par l'égalité et la confiance mutuelle sur le plan politique, la coopération gagnant-gagnant sur le plan économique,les échanges et l'inspiration mutuelle sur le plan culturel, la solidarité et l'assistance mutuelle sur le plan sécuritaire, et la coopération et la coordination dans les affaires internationales.

2. Les deux parties saluent les dix programmes de coopération Chine-Afrique annoncés par le Président chinois Xi Jinping lors de ce Sommet. Elles se félicitent des progrès encourageants obtenus dans la mise en œuvre des acquis dudit Sommet grâce aux efforts conjoints et saluent l'organisation conjointe, en juillet 2016 à Beijing, de la Réunion des coordinateurs de la mise en œuvre des actions de suivi du Sommet de Johannesburg du FCSA. Elles s'engagent à renforcer encore davantage la coordination et à accélérer la concrétisation des acquis de ce Sommet au bénéfice des peuples chinois et africains. Les deux parties procéderont à une évaluation approfondie des progrès réalisés dans la mise en œuvre des acquis dudit Sommet et à une planification des actions futures à la prochaine réunion ministérielle du Forum en 2018.

3. La partie chinoise réaffirme son engagement à approfondir la coopération pragmatique sino-africaine dans divers domaines sur la base du principe de la sincérité, du pragmatisme, d'amitié et de franchise et de la juste conception de la justice et des intérêts. La partie africaine exprime son appréciation à cet égard et réaffirme aussi son engagement à approfondir cette coopération dans le respect mutuel. Les deux parties réitèrent leur attachement au concept de développement partagé, intensif, vert, sûr et ouvert, ainsi que leur engagement à associer étroitement le développement de la Chine à celui de l'Afrique, en vue de réaliser la coopération gagnant-gagnant et d'assurer le développement commun.

4. Les deux parties partagent le constat que l'Agenda 2063 de l'UA est un programme important pour réaliser la paix, la stabilité, le développement et l'intégration en Afrique, et que les dix programmes de coopération Chine-Afrique sont hautement convergents avec les domaines prioritaires de l'Agenda 2063. Par la mise en œuvre intégrale des dix programmes de coopération, la Chine accompagnera l'Afrique dans la réalisation des objectifs définis dans l'Agenda 2063 concernant l'intégration politique, la construction de l'infrastructure, les énergies traditionnelles et renouvelables, le développement durable dans les domaines social et économique, la paix et la sécurité, et les autres domaines prioritaires.

5. Les deux parties sont d'avis que le Programme 2030 donne les orientations à suivre pour le développement de tous les pays et la coopération internationale pour le développement. Elles travailleront à renforcer leur coopération dans le cadre de la mise en œuvre du Programme 2030 en vue d'un monde de paix durable et de prospérité commune et d'une communauté de destin pour l'humanité. La Chine appelle la communauté internationale à accorder plus d'attention au développement de l'Afrique, notamment au développement des pays les moins développés, des petits pays insulaires et des pays enclavés en Afrique, à aider davantage et effectivement l'Afrique dans l'application du Programme 2030 et à soutenir les efforts africains pour la réalisation des objectifs de développement durable dans les délais prévus.

6. La partie africaine félicite la Chine d'avoir organisé avec succès le Forum «Ceinture et Route» pour la coopération internationale, considérant que l'initiative «Ceinture et Route» joue un rôle actif dans la promotion d'une mondialisation économique ouverte, inclusive, solidaire, équilibrée et gagnant-gagnant, et fournit une nouvelle plateforme pour la participation africaine à la coopération internationale. Les pays africains souhaitent participer davantage au développement de l'initiative «Ceinture et Route» et sont prêts à discuter avec la Chine des possibilités d'associer les projets prioritaires du Plan du développement de l'Infrastructure de l'Afrique et l'Initiative «Ceinture et Route». La partie chinoise s'en félicite.

7. Les deux parties réaffirment leur détermination à rester fidèles à l'esprit de consultations amples, d'engagement commun et de bénéfice partagé et œuvreront sans cesse à perfectionner le mécanisme du FCSA. Les deux parties encouragent le FCSA à continuer à jouer un rôle pilote dans la coopération sino-africaine et la coopération internationale avec l'Afrique.

8. Les deux parties se réjouissent de la bonne dynamique de l'intensification des échanges de haut niveau, du renforcement du dialogue politique et de l'approfondissement de la confiance stratégique mutuelle entre la Chine et l'Afrique ces dernières années. Elles réaffirment leur volonté de se témoigner mutuellement compréhension et soutien sur les questions touchant aux intérêts vitaux et aux préoccupations majeures de part et d'autre.

9. Les deux parties soulignent qu'elles continueront à renforcer les mécanismes de coopération économique et commerciale, à approfondir la coopération mutuellement avantageuse dans les domaines du commerce, de l'investissement et du financement, et à conclure et appliquer des accords sur la promotion du commerce et la protection de l'investissement. La partie africaine saluent et soutient les investissements en Afrique des entreprises et institutions financières chinoises, la consolidation de la coopération en matière de transfert de technologies, le renforcement de capacités et de R&D, ainsi que la recherche active de différentes formes de coopération comme le PPP et le BOT en tenant compte des nouvelles conditions de la transformation et de la mise à niveau de la coopération sino-africaine en vue de donner une impulsion au développement de la coopération sino-africaine et au processus d'industrialisation et de diversification économique de l'Afrique. La partie chinoise encourage les pays africains à mettre pleinement à profit les mesures de financement à caractère préférentiel annoncées au Sommet de Johannesburg du FCSA. La partie africaine salue les progrès encourageants enregistrés par la partie chinoise dans le développement de parcs industriels et de zones économiques spéciales dans des pays africains.

10. Les deux parties estiment que le renforcement des chaînes de valeur agricoles et la transformation des produits agricoles sont d'une importance cruciale pour la modernisation de l'agriculture de l'Afrique, et entendent renforcer la coopération agricole et soutenir la mise en œuvre du Programme Détaillé pour le Développement de l'Agriculture Africaine (PDDAA), de sorte à contribuer à élever le niveau de l'industrialisation et de la modernisation agricoles en Afrique et à renforcer ses capacités d'assurer la sécurité alimentaire. Les deux parties renforceront leur coopération pour la construction des capacités de l'Afrique dans le domaine de l'élevage, notamment en ce qui concerne la production de fourrage, la santé animale et la quarantaine. Elles expriment leurs préoccupations vis-à-vis du fait que le phénomène El Niño a causé de graves sécheresses dans certaines régions en Afrique. La partie africaine adresse son appréciation et ses remerciements à la Chine pour avoir accordé en temps voulu de l'aide alimentaire sans contrepartie aux pays africains touchés.

11. Les deux parties estiment que l'exploitation et l'utilisation durable des ressources marines de l'Afrique favorisent l'accélération du processus de diversification de l'économie africaine, et entendent renforcer leur coopération en matière de développement de l'économie bleue, d'aquaculture offshore, de transport maritime, de construction navale, de construction des ports et des parcs industriels à proximité des ports et de recherches océanographiques, pour aider l'Afrique à développer de nouveaux moteurs de croissance.

12. Les deux parties soulignent qu'elles continueront à renforcer leurs coopération et échanges dans les domaines des soins médicaux, de la fabrication des médicaments, de la prévention et de la lutte contre les grandes épidémies et des médecines traditionnelles. La partie africaine salue le soutien constant que lui accorde la Chine dans le développement de la santé et le rôle pilote que la Chine joue pour aider l'Afrique à lutter contre l'épidémie d'Ebola.

13. Les deux parties réaffirment qu'elles œuvreront, conformément au principe de l'amitié sincère et du respect mutuel, à promouvoir activement le dialogue, les échanges et l'inspiration mutuelle entre les civilisations, et à renforcer la compréhension mutuelle entre les peuples, pour fournir un soutien culturel et populaire fort à la coopération gagnant-gagnant et au développement commun entre la Chine et l'Afrique. Elles conviennent de continuer à maintenir la dynamique des échanges culturels de haut niveau, à encourager et à soutenir la participation des groupes artistiques et culturels et des artistes chinois et africains aux activités culturelles et artistiques internationales.

14. Les deux parties conviennent de renforcer la coopération touristique, d'œuvrer à établir davantage de vols directs, d'améliorer la sécurité et la qualité de service pour les touristes, d'accroître les investissements dans le tourisme, de soutenir l'organisation réciproque d'activités de promotion touristique, de faciliter les voyages entre la Chine et l'Afrique, et d'encourager et de soutenir l'établissement réciproque d'offices de tourisme dans l'autre partie.

15. Les deux parties continueront à renforcer leurs échanges et leur coopération dans les domaines de l'éducation et de la valorisation des ressources humaines et travailleront à transformer les atouts africains en termes de ressources naturelles et humaines en fruits du développement durable au grand bénéfice des peuples.

16. Les deux parties saluent l'organisation conjointe par le Comité du suivi chinois du FCSA et la Commission de l'UA, en juin 2017 au siège de l'UA, du Dialogue de haut niveau et du Forum des Think-Tanks Chine-Afrique sur la réduction de la pauvreté et le développement. Elles estiment que la réduction de la pauvreté et le développement constituent un nouveau domaine important de la coopération sino-africaine et entendent renforcer le partage d'expériences et la coopération pragmatique en la matière.

17. La partie chinoise salue et continuera à soutenir le rôle important de l'UA et des organisations sous-régionales africaines dans la promotion d'une Afrique unie et forte et l'intégration africaine. Elle intensifiera la coopération avec l'UA sur les questions internationales et régionales d'importance majeure et poursuivra son appui au renforcement des capacités de l'UA et des organisations sous-régionales africaines ainsi qu'à l'intégration économique régionale en Afrique. La partie chinoise travaillera à bien mettre en place l'aide militaire sans contrepartie de 100 millions de dollars US à l'UA, et soutiendra la construction du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies.

18. Les deux parties partagent le constat que le monde d'aujourd'hui traverse des transformations profondes et que les pays émergents et les pays en développement connaissent une émergence forte. Accroître la coopération et la coordination entre la Chine et l'Afrique pour réaliser le développement commun revêt une signification stratégique pour la promotion d'un monde multipolaire et de la démocratisation des relations internationales. La Chine et l'Afrique renforceront leurs coordination et concertation dans les affaires internationales pour préserver les intérêts communs des pays en développement, bâtir un nouveau modèle de relations internationales axé sur la coopération gagnant-gagnant et promouvoir un développement plus équilibré, plus équitable et plus inclusif dans le monde.

19. Les deux parties soulignent qu'il faut observer scrupuleusement les buts et principes de la Charte des Nations Unies, respecter la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale des États, respecter et soutenir le choix des différents pays d'une voie de développement en fonction de leurs conditions nationales respectives, et s'opposer à l'ingérence dans les affaires intérieures d'autrui, au recours arbitraire à la force et à la menace de l'emploi de la force.

20. Les deux parties défendent fermement la place et le rôle centraux des Nations Unies dans les affaires internationales, et réitèrent qu'il est nécessaire de réformer les Nations Unies. Elles réaffirment qu'il faut réparer l'injustice historique faite aux pays africains et augmenter en priorité la représentation des pays africains au Conseil de Sécurité et dans les autres organes des Nations Unies.

21. Les deux parties notent que la démondialisation, le protectionnisme commercial, la baisse des prix des matières premières et les incertitudes des politiques des économies développées ont des impacts négatifs sur les conditions de développement des pays émergents et des pays en développement. Elles réaffirment leur engagement à construire une économie mondiale ouverte, exhortent les économies développées à adopter des politiques budgétaires et monétaires responsables et appellent la communauté internationale à renforcer la communication et la coordination en matière de politiques macroéconomiques, à améliorer la gouvernance économique mondiale et à favoriser une croissance forte, équilibrée et durable de l'économie mondiale.

22. Les deux parties se sont félicitées des résultats de la Conférence de Paris et de la Conférence de Marrakech, et se sont engagées à mettre pleinement en œuvre la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques et l'Accord de Paris. Elles entendent renforcer le dialogue et la coopération dans les domaines du changement climatique et du développement vert,pour augmenter les capacités d'atténuation et d'adaptation des pays africains face au changement climatique. Les deux parties appellent et encouragent les Parties à l'Accord de Paris à mettre en œuvre intégralement les dispositions de l'Accord, en particulier celles concernant les engagements des pays développés à accorder du soutien financier, technologique et en matière de renforcement des capacités aux pays en développement pour lutter contre le changement climatique.

23. Les deux parties estiment que le terrorisme constitue une menace grave pour la paix, le développement économique et la stabilité sociale dans les régions concernées. La Chine apprécie et soutient les efforts déployés par l'Afrique pour lutter contre le terrorisme. La Chine et l'Afrique s'engagent à renforcer leurs échanges et coopération en matière de lutte antiterroriste, à approfondir leur coopération pour le développement, à éliminer les racines du terrorisme et à promouvoir ensemble la paix et la stabilité dans le monde. Les deux parties estiment que la communauté internationale devrait œuvrer à couper les canaux que les organisations terroristes utilisent pour obtenir des fonds et d'autres soutiens externes.

24. Les deux parties sont d'avis que l'Afrique appartient aux Africains et que les Africains ont la sagesse et la capacité de bien gérer leurs affaires intérieures. Les différentes parties de la communauté internationale doivent respecter pleinement la place prépondérante des pays africains et des organisations régionales africaines dans le règlement des questions africaines et jouer un rôle constructif dans le règlement des problèmes brûlants africains. La partie africaine souhaite renforcer la coopération avec la partie chinoise dans les affaires de paix et de sécurité. La partie chinoise réitère qu'elle continuera à participer de manière constructive aux affaires de paix et de sécurité en Afrique, à soutenir le renforcement des capacités africaines de maintien de la paix et de la stabilité et à envoyer des agents à des opérations onusiennes de maintien de la paix en Afrique.

25. La partie africaine salue l'initiative chinoise d'organiser un débat public du Conseil de Sécurité sur le renforcement des capacités de l'Afrique en matière de paix et de sécurité en juillet 2017, sous la présidence chinoise du Conseil de Sécurité. Les deux parties sont d'avis que soutenir l'Afrique dans ses efforts pour réaliser la paix, la stabilité et le développement correspond aux intérêts communs de tous les peuples du monde et constitue une responsabilité commune de la communauté internationale. Elles continueront de travailler ensemble avec les partenaires internationaux à soutenir l'UA et les organisations sous-régionales africaines dans leurs efforts pour régler les questions de paix et de sécurité en Afrique, et à faire en sorte que l'ONU accroisse son appui à l'Afrique en terme de financement, d'équipements et de formation en matière de maintien de la paix. Elles se réjouissent de voir les différentes parties de la communauté internationale apporter ensemble une plus grande contribution à la réalisation de la paix et du développement durables en Afrique.

26. Les deux parties réaffirment leur engagement à continuer de renforcer leurs consultations et à coordonner leurs positions sur les relations sino-africaines et les grandes questions internationales et régionales d'intérêt commun, à travers les consultations politiques des ministres des affaires étrangères chinois et africains en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies, les mécanismes pertinents du FCSA et les canaux bilatéraux.

Fait à New York, le 20 septembre 2017

Recommander à:   
Imprimer