Salon des Médias de l'Ambassade de Chine : Des fruits du Sommet de Beijing 2018 du Forum sur la Coopération sino-africaine
驻马达加斯加使馆
2018/09/21

Le 3e sommet du Forum sur la coopération sino-africaine, qui s'est tenu les 3 et 4 septembre à Beijing, a connu un succès remarquable grâce aux efforts conjugués de la Chine et des pays africains. Les dirigeants chinois et africains ont réalisé d'importants consensus et parlé d'une même voix sur toutes les questions majeures. Le Sommet de Beijing a été couronné d'un plein succès et a produit des fruits abondants. Il a ouvert un nouveau chapitre dans les annales des relations sino-africaines et posé un nouveau jalon dans la coopération Sud-Sud de notre époque.

Les fruits du Sommet sont tant théoriques que substantiels.

En premier lieu, il a clarifié et systématisé d'avantage la politique du gouvernement chinois à l'égard de l'Afrique.

La Chine restera attachée aux principes de « sincérité, résultats effectifs, amitié et bonne foi » et de recherche du plus grand bien et des intérêts partagés, et œuvrera de concert avec l'Afrique pour puiser leur force dans la profondeur de l'amitié et de la confiance mutuelle entre les deux parties et maintenir le cap du développement dynamique de la coopération pragmatique sino-africaine, afin d'assurer l'approfondissement et le développement stable et régulier du partenariat de coopération stratégique global sino-africain.

« Quatre attachements »

Dans la coopération, la Chine est attachée aux principes de la sincérité, de l'amitié et de l'égalité. Les plus de 1,3 milliard de Chinois se sont toujours montrés solidaires et fraternels avec les plus de 1,2 milliard d'Africains. La Chine sera toujours un bon ami, un bon partenaire et un bon frère de l'Afrique. Personne ne pourra saboter la grande unité des peuples chinois et africains.

Dans la coopération, la Chine est attachée aux principes des intérêts communs et de la primauté de l'amitié. Elle est convaincue que la coopération sino-africaine passe par la valorisation des atouts respectifs des deux parties et l'association étroite du développement de la Chine à sa contribution au développement de l'Afrique pour réaliser le gagnant-gagnant et le développement partagé. La Chine préconise de donner plus, de donner d'abord et de donner sans prendre, et elle accueille l'Afrique les bras ouverts dans le train rapide de son développement. Personne ne pourra empêcher la marche des peuples chinois et africains vers le redressement.

Dans la coopération, la Chine est attachée aux principes du pragmatisme, de l'efficacité et du développement pour le peuple. Elle place au-dessus de tout les intérêts des peuples chinois et africains et veille à faire progresser et fructifier la coopération dans l'intérêt du bien-être et au bénéfice des peuples chinois et africains. Tout ce que nous avons promis à nos frères africains, nous le ferons avec toute notre énergie et tout notre cœur. Face à la nouvelle situation et aux nouveaux défis, la Chine œuvre à perfectionner sans cesse les mécanismes, à renouveler les concepts et à élargir les champs de la coopération pour en améliorer la qualité et la porter constamment à des niveaux plus élevés. Les peuples chinois et africains sont les mieux placés pour juger de la coopération sino-africaine. Personne ne pourra nier les accomplissements remarquables de la coopération sino-africaine avec de pures imaginations ou spéculations.

Dans la coopération, la Chine est attachée aux principes de l'ouverture et de l'inclusivité. Elle est toujours d'avis que l'instauration d'une paix et d'une stabilité durables en Afrique et la réalisation du développement et du renouveau africains constituent non seulement une aspiration des peuples africains mais aussi une responsabilité de la communauté internationale. La Chine est prête à travailler avec les partenaires internationaux pour soutenir la paix et le développement en Afrique. Toute initiative, tant qu'elle est dans l'intérêt de l'Afrique, sera bien accueillie et soutenue par la Chine et devrait bénéficier de l'engagement total et sérieux du monde entier. Personne ne pourra empêcher ni compromettre les efforts de soutien de la communauté internationale à l'Afrique.

« Cinq nons »

Le peuple chinois respecte l'Afrique, aime l'Afrique et soutient l'Afrique, tout en adhérant aux « Cinq nons ». La Chine ne s'immisce pas dans les efforts que produisent les pays africains pour explorer leur propre voie de développement, qui est adaptée à leurs conditions nationales, elle ne fait pas d'ingérence dans les affaires intérieures des pays africains, n'impose pas sa volonté aux autres ; elle n'impose aucune condition politique pour aider l'Afrique, ne recherche pas l'intérêt politique dans ses financements et investissements sur le continent africain. La Chine espère que tous les pays pourront respecter le principe de ces « Cinq nons » dans les affaires africaines.

« Six aspects de la Communauté de destin Chine-Afrique »

Premièrement, construisons ensemble une communauté de destin Chine-Afrique marquée par le partage des responsabilités.

Deuxièmement, construisons ensemble une communauté de destin Chine-Afrique marquée par la coopération gagnant-gagnant.

Troisièmement, construisons ensemble une communauté de destin Chine-Afrique marquée par le bonheur pour tous.

Quatrièmement, construisons ensemble une communauté de destin Chine-Afrique marquée par la prospérité culturelle.

Cinquièmement, construisons ensemble une communauté de destin Chine-Afrique marquée par la sécurité commune.

Sixièmement, construisons ensemble une communauté de destin Chine-Afrique marquée par l'harmonie entre l'homme et la nature.

En addition des fruits au niveau des idées directrices susmentionnées, le sommet a également déssiné un nouveau plan pour le développement des relations Chine-Afrique dans les 3 ans à venir.

« Huit Initiatives majeurs»

Dans le but de créer une communauté de destins Chine-Afrique encore plus étroite pendant la nouvelle ère, et tout en poursuivant les « Dix plans de coopération » sino-africains annoncé au sommet de Johannesbourg du FCSA en 2015, la Chine est prête à collaborer étroitement avec les pays africains, pour la mise en oeuvre des « Huit initiatives majeurs » au cours des trois prochaines années et à l'avenir.

Premièrement, initiative pour la promotion industrielle. La Chine a décidé d'organiser sur son territoire une foire économique et commerciale Chine-Afrique. Elle encouragera les entreprises chinoises à accroître leurs investissements en Afrique, construira et modernisera des zones de coopération économique et commerciale en Afrique. Elle accompagnera l'Afrique dans ses efforts visant à réaliser pour l'essentiel la sécurité alimentaire d'ici 2030, élaborera et mettra en oeuvre avec l'Afrique un programme d'action pour la coopération dans la modernisation agricole, mettra en oeuvre 50 projets d'assistance agricole, fournira des aides humanitaires alimentaires d'urgence d'un milliard de yuans RMB aux pays africains sinistrés, enverra 500 agronomes de haut niveau en Afrique, et formera pour l'Afrique des jeunes chercheurs agronomes éminents et des entrepreneurs agricoles pionniers. La Chine soutiendra la création d'une alliance de responsabilités sociales des entreprises chinoises en Afrique et continuera à renforcer sa coopération avec les pays africains en matière de transactions en monnaies locales et fera valoir le rôle du Fonds de développement Chine-Afrique, du Fonds pour la coopération sino-africaine sur les capacités de production et du Prêt spécial pour le développement des PME africaines.

Deuxièmement, initiative pour l'interconnexion des infrastructures. La Chine a décidé de lancer avec l'UA l'élaboration d'un plan de coopération Chine-Afrique dans le domaine des infrastructures. Elle soutiendra la participation des entreprises chinoises à la construction d'infrastructures en Afrique sous diverses formes comme celle de l'investissement-construction-exploitation, et le renforcement en priorité de la coopération dans les domaines de l'énergie, des transports, de l'informatique, des télécommunications et des ressources en eau transfrontalières, et exécutera avec l'Afrique des projets prioritaires d'interconnexion. Elle appuiera le développement du Marché unique du transport aérien africain et ouvrira des liaisons aériennes directes supplémentaires entre la Chine et l'Afrique. En outre, la Chine fournira des facilités à l'émission des obligations en Chine par des pays africains et leurs institutions financières, et, dans le respect des règles et des procédures multilatérales, elle soutiendra un meilleur recours des pays africains aux ressources comme celles de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures, de la Nouvelle Banque de développement et du Fonds de la Route de la Soie.

Troisièmement, initiative pour la facilitation du commerce. La Chine a décidé d'importer plus de produits africains, notamment des produits hors ressources naturelles. Elle soutiendra la participation des pays africains à la Foire internationale des importations de Chine et exemptera les PMA africains des frais de participation. Elle continuera à renforcer les échanges et la coopération avec l'Afrique sur la régulation des marchés et en matière de douane et réalisera 50 projets de facilitation du commerce pour l'Afrique. Elle organisera des rencontres régulières pour les produits de marques chinoises et africaines. Elle soutiendra le développement de la Zone de libre-échange continentale africaine et continuera à mener des négociations sur le libre-échange avec les pays et régions africains qui en ont la volonté. Elle travaillera également à promouvoir la coopération sino-africaine sur l'e-commerce et à mettre en place des mécanismes de coopération en la matière.

Quatrièmement, initiative pour le développement vert. La Chine a décidé de réaliser 50 projets d'aide à l'Afrique dans les domaines du développement vert, de l'écologie et de la protection de l'environnement, pour renforcer notamment les échanges et la coopération en matière d'océan, de lutte contre le changement climatique, de prévention et de contrôle de la désertification et de protection de la flore et de la faune sauvages. Elle travaillera à faire avancer la construction du Centre de coopération environnementale Chine-Afrique en vue d'intensifier les échanges et les dialogues sur les politiques environnementales et de renforcer les études conjointes sur les questions environnementales. Elle mettra en oeuvre un programme d'envoyés verts Chine-Afrique dans le but de former pour l'Afrique des professionnels qualifiés dans les domaines tels que la gestion de la protection de l'environnement, la lutte contre la pollution et l'économie verte. Elle construira un centre de bambou Chine-Afrique pour accompagner les efforts africains visant à développer l'industrie du bambou et du rotin, et elle coopérera avec l'Afrique dans le domaine de la sensibilisation de la population à la protection de l'environnement.

Cinquièmement, initiative pour le renforcement des capacités. La Chine a décidé de renforcer l'échange d'expériences avec l'Afrique en matière de développement et de soutenir la coopération sur la planification du développement socio-économique. Elle créera en Afrique dix Ateliers Luban pour proposer des formations de compétences professionnelles aux jeunes africains, et soutiendra la création d'un centre de coopération Chine-Afrique sur l'innovation pour promouvoir l'innovation et l'entrepreneuriat des jeunes. Elle mettra en oeuvre un programme qui consiste à former pour l'Afrique 1 000 personnes hautement compétentes, fournira à l'Afrique 50 000 bourses d'études gouvernementales et elle sera prête à accueillir 50 000 Africains dans des séminaires de formation et 2 000 jeunes africains dans le cadre des programmes d'échanges.

Sixièmement, initiative pour la santé. La Chine a décidé de renforcer 50 projets d'aide médico-sanitaire à l'Afrique et d'aider à construire en priorité des projets phares tels que le siège du Centre africain de prévention et de contrôle des maladies et des Hôpitaux d'amitié Chine-Afrique. Elle développera les échanges et la coopération en matière d'informations sur la santé publique, réalisera des projets de coopération sino-africaine sur la lutte contre les maladies comme les maladies infectieuses émergentes et réémergentes, la bilharziose, le VIH/Sida et le paludisme, formera pour l'Afrique plus de médecins spécialistes, poursuivra et améliorera l'envoi de missions médicales en Afrique. Elle mènera des opérations de consultations médicales ambulatoires comme l'"Action Lumière" pour la cataracte, l'"Action Bon Coeur" pour les maladies cardiaques et l'"Action Beau Sourire" pour les maladies dentaires, et mettra en oeuvre le Programme "Santé Femme-Enfant" destiné aux groupes vulnérables.

Septièmement, initiative pour les échanges humains et culturels. La Chine a décidé de créer un Institut d'études sur l'Afrique pour approfondir l'inspiration mutuelle entre les civilisations chinoise et africaines. Elle renforcera le Projet d'études conjointes et d'échanges sino-africain, réalisera 50 projets culturels, sportifs et touristiques, soutiendra l'adhésion des pays africains aux ligues internationales "Route de la Soie" des théâtres, des musées et des festivals artistiques, et mettra en place un réseau de coopération des médias Chine-Afrique. Elle continuera à encourager l'ouverture réciproque de centres culturels entre la Chine et l'Afrique, soutiendra les efforts des établissements d'enseignement africains ayant rempli les conditions requises pour accueillir des Instituts Confucius et sera heureuse de voir davantage de pays africains figurant sur la liste des destinations agréées pour les touristes chinois voyageant en groupe.

Huitièmement, initiative pour la paix et la sécurité. La Chine a décidé de créer un fonds de coopération Chine-Afrique pour la paix et la sécurité et de soutenir la coopération sino-africaine en matière de paix, de sécurité et de maintien de la paix et de la stabilité. Elle continuera à fournir des aides militaires sans contrepartie à l'UA, et soutiendra les efforts déployés par les pays du Sahel, du Golfe d'Aden, du Golfe de Guinée et d'autres régions africaines dans la préservation de la sécurité régionale et la lutte contre le terrorisme. Elle créera un forum Chine-Afrique sur la paix et la sécurité qui pourra servir de plateforme au renforcement des échanges sino-africains en matière de paix et de sécurité, et elle travaillera à mettre en oeuvre 50 projets d'aide en matière de sécurité dans le cadre de l'initiative "la Ceinture et la Route" et dans les domaines du maintien de l'ordre public, des opérations de maintien de la paix de l'ONU et de la lutte contre la piraterie et le terrorisme.

Pour le succès de la mise en oeuvre des « Huit initiatives majeurs», la Chine entend fournir, par le biais de l'aide gouvernementale, de l'investissement et du financement d'institutions financières et d'entreprises, 60 milliards de dollars américains pour soutenir l'Afrique : La Chine donnera 15 milliards de dollars d'aide sans contrepartie, de prêts sans intérêt et de prêts préférentiels ; elle mettra en place une ligne de crédit de 20 milliards de dollars ; créera un fonds spécial sino-africain de 10 milliards de dollars pour le financement des projets d'exploitation et de 5 milliards de dollars de fonds spéciaux pour le financement des importations en provenance d'Afrique. La Chine encouragera les entreprises chinoises à investir au moins 10 milliards de dollars en Afrique au cours des trois prochaines années.

Le sommet de Beijing 2018 sur la coopération sino-africane a insufflé un nouvel élan au développement des relations sino-africaines,ces relations sino-africaines, ayant résisté à l'épreuve du temps et des aléas internationaux, ont frayé un chemin de coopération gagnant-gagnant aux caractéristiques spécifiques et sont aujourd'hui entrées dans la meilleure période de leur histoire. La Chine et l'Afrique entendent renforcer la synergie de leurs stratégies et leur coordination sur les politiques, promouvoir la coopération dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route », et associer étroitement cette initiative à l'Agenda 2063 de l'UA, au Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies et aux stratégies nationales de développement des pays africains.

 

 

Recommander à:   
Imprimer