Interview de l'Ambassadeur YANG Xiaorong au journal malagasy MIDI
2019/05/06

Le 2 mai 2019, S.E.Mme YANG Xiaorong, Ambassadeur de Chine à Madagascar, a accordé une interview au journal malagasy MIDI, à l’occasion de la tenue du Deuxième Forum de « la Ceinture et la Route » sur la coopération internationale à Beijing.

Voici l'intégralité de l'interview:

Question : Mme l'Ambassadeur, quelles sont les résolutions du deuxième Forum sur la Ceinture et la Route qui vient de se tenir à Beijing?

Réponse: Le deuxième Forum de « la Ceinture et la Route » sur la coopération internationale s’est tenu du 25 au 27 avril dernier à Beijing, avec une participation des représentants de plus de 150 pays, dont 38 chefs d’Etat et de gouvernement ainsi que dirigeants d’organisations internationales. Au cours du processus préparatoire et de la tenue de ce Forum , un total de 283 résultats concrets ont été obtenus, et des accords pour un montant global dépassant les 64 milliards de dollars ont été signés. Les participants au forum sont convenus de faire progresser la coopération dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route » sur la voie d’un développement de haute qualité, d’améliorer la connectivité des politiques, des infrastructures, du commerce, des finances et des populuations, de renforcer le mécanisme de coopération bilatérale et multilatérale, en vue de stimuler la croissance économique des pays riverains de « la Ceinture et la Route », et améliorer le bien-être des populations.

J’aimerais souligner que le Président chinois XI Jinping a proposé en 2013 pour la première fois l'initiative de construire « la Ceinture économique de la Route de la Soie » et « la Route de la Soie maritime du 21ème Siècle », ce qui revitalise les anciennes « Routes de la Soie » datant de deux millénaires. Six ans après sa création, cette initiative est devenue actuellement un produit public très populaire et une plateforme inclusive.

Q: Comment l’Afrique est-elle liée à l’initiative « La Ceinture et la Route »?

R: L'Afrique, qui se trouve le long de l’ancienne Route de la soie maritime, est un prolongement historique et naturel de l’ICR et un acteur important de cette initiative.

Il existe entre la Chine et l’Afrique, une amitié solide et ancienne. Comme nous avons vécu des expériences similaires, avec les mêmes quêtes en matière de développement, une sympathie est née entre la Chine et de nombreux pays africains. Il existe actuellement entre les deux parties une forte confiance mutuelle, une grande complémentarité économique et une logique de coopération réaliste et efficace, ce qui explique la rapidité du développement des relations sino-africaines.

Beaucoup de pays africains partagent la vision de la coopération que porte l’ICR et souhaitent y prendre une part active. De fait, depuis son lancement il y a 6 ans, un nombre croissant de pays africains, s’en font écho et y adhère. Prenons l’exemple de Madagascar. La Grande île est parmi les premiers pays africains à avoir signé un mémorandum d’entente en matière de construction conjointe de « la Ceinture et la Route », et adhéré à la Banque d’investissements des infrastructures de l’Asie.

Force est de constater que, l’ICR a apporté de nouvelles forces motrices au développement de la coopération sino-africaine. Le marché prend le relai des implusions gouvernementales, la coopération industrielle connaît un vrai essor, des projets d’envergure dans le cadre de l’ICR sont venus combrer l’insuffissance des infrastructures, principal obstacle au développement de l’Afrique. Plusieurs voies de chemin de fer ont été construites ou programmées, à titre d’exemple, la première ligne de chemin de fer électrifiée Addis-Abeba-Djibouti et la ligne reliant Mombassa à Nairobi inaugurée respectivement en octobre 2016 et mai 2017, ainsi que la ligne de chemin de fer en construction en Angola et au Nigéria.

Dans la Déclaration de Beijing adoptée à l’issue du Sommet de Beijing 2018 du Forum sur la Coopération sino-africiane (FCSA), la Chine et l’Afrique, convaincues que leur coopération dans le cadre de l’ICR offrira plus de ressources, de moyens, de marchés et d'espaces, et ouvrira des perspectives plus diversifiées pour le développement de l'Afrique, sont convenues d'associer étroitement l'ICR au Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies, à l'Agenda 2063 de l'UA et aux stratégies nationales de développement des pays africains, de renforcer la communication sur les politiques, l'interconnexion en matière d'infrastructures, de commerce et de financement et la promotion des échanges humains, de promouvoir la coopération en matière de capacités de production industrielle dans le cadre de l’ICR, et de renforcer la coopération en matière de planification des infrastructures et de l'industrialisation en Afrique, de sorte à donner de nouvelles impulsions à la coopération gagnant-gagnant et au développement partagé entre la Chine et l'Afrique.

Q: Le volume d'aide de la Chine à Madagascar va-t-il augmenter dans le cadre du Mémorandum d'entente signé entre les deux pays?

R: Actuellement, plus de 150 pays et organisations internationales ont signé des documents de coopération avec la Chine concernant l'initiative « la Ceinture et la Route ». Depuis la signature du mémorandum d’entente entre la Chine et Madagascar, une série de grands projets ont été réalisés ou sont en cours de réalisation dans la Grande île, avec l’appui du Gouvernement chinois.

La Chine entend travailler avec Madagascar dans le cadre de l'ICR et du FCSA pour valoriser les atouts respectifs des deux pays et approfondir la compréhension mutuelle politique, renforcer la coopération dans tous les domaines, tels que économique et commercial, de santé, d’éducation, de culture, etc., afin d'aider Madagascar à améliorer sa capacité d'auto-développement et faire avancer sans cesse le Partenariat de Coopération globale sino-malagasy. En tant que pays en voie de développement comme son frère et ami Madagascar, la Chine n’hésite jamais à apporter des contributions pour mieux accompagner le développement de Madagascar dans la mesure du possible et dans le cadre de la coopération sud-sud.

Q: Est-ce qu'il y a des points communs entre l'initiative sur la Ceinture et la Route lancée par XI Jinping et l'IEM d'Andry Rajoelina?

R: L’ICR a pour objectif de réaliser un développement commun des pays le long des Nouvelles Routes de la Soie, en mettant en oeuvre dans les cinq domaines dont la communication des politiques se situe en priorité. Elle vise à aligner les stratégies de développement des pays participants en profitant de leurs forces comparatives. Elle est en accord avec différents agendas de développement régionaux et internationaux.

En possédant un potentiel de développement illimité et un avenir plein d’espoir, Madagascar est en train de se mettre sur une voie d’émergence par sa propre initative. La Chine souhaite œuvrer de concert avec Madagascar en mettant en synergie l’initiative « la Ceinture et la Route » et l’initiative pour l’Emergence de Madagascar, pour réaliser le développement en commun et améliorer le bien-être de nos deux peuples.

Q: Quels sont les grands travaux ou projets que la Chine pourrait financer et réaliser à Madagascar?

R: Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et Madagascar il y a 46 ans, la confiance mutuelle entre nos deux pays sur le plan politique n’a cessé de s’approfondir, la coopération économique et commerciale s’est élargie sans cesse. En 2018, le montant total des échanges bilatéraux a atteint 0,98 milliards de dollars américains, avec une augmentation de 4,91% par rapport à l’année précédente (Source: Douane malagasy). Depuis plusieurs années consécutives, la Chine est le premier pays partenaire commercial, la première source d’importation de Madagascar et la 4e destination des exportations malagasy.

Dans le cadre du partenariat sino-malagasy, plusieurs projets ont été démarrés, entièrement ou partiellement réalisés. Le Projet de la voie rapide Tsarasaotra-Ivato est actuellement opérationnel. Le projet d’aide de 200 forages d’eau dont les travaux dans certains districts ont été achevés, sera bénéfique à environ deux cent mille habitants locaux. Le projet de construction de la route suburbaine au nord-ouest d’Antananarivo appelé «Route des œufs», démarré en octobre 2018, consiste à faciliter la circulation quotidienne du peuple local, à améliorer largement les conditions de transport des œufs et à promouvoir le développement économique de la région. Le projet de réhabilitation de la RN5A décrit par beaucoup d’amis malagasy comme « travaux du siècle », deviendra la principale et la seule ligne directe reliant les côtes de l’Est à l’Ouest et la voie fluide reliant les régions Diana et Sava pour favoriser la croissance économique le long de la route. Le Projet d’Extension et d’Aménagement de la Voie Rapide Reliant le Port de Toamasina et la Route Nationale RN2 réduirera l’embouteillage de la circulation dans la ville de Toamasina surtout au niveau du Port afin de favoriser la fluidité du trafic du Port, le développement du commerce et le bien-être du peuple local.

Les coopérations mutuellement bénéfiques sino-malagasy s’approfondissent non seulement sur le plan d’économie mais aussi de santé, de sport, et de culture. En mai 2018, le Projet « Action Lumière » a été lancé à Madagascar avec l’appui du Gouvernement chinois. Les experts médicaux chinois et malagasy ont effectué des opérations gratuites de cataracte pour plus de deux cents patients malagasy.

Des troupes artistiques chinois sont venus pour donner des représentations artistiques et un troupe artistique malagasy est invité pour participer au Festival d’art et de culture en Chine. Du mois d’avril au mois d’août 2018, les sportifs et entraîneurs malagasy ont bénéficié d’une formation en Chine.

Vu le bon élan de l’élargissement des coopérations tous azimuts, nous voulons bien conjuguer les efforts avec la partie malagasy pour créer un environnement plus propice et plus stimulateur aux échanges de personnes et aux invesstissements réciproques.

Recommander à:   
Imprimer